Mes amis

Je tenais à m’excuser déjà pour ces semaines de silence, mais croyez moi vous n’étiez pas loin dans mon esprit.

J’avais besoin de plonger dans mes tourments, les yeux grands ouverts et tirer les conséquences qui se devaient. C’est chose faite (enfin je crois), et je me sens plus apaiser, plus serein.

La vie fait que nous sommes loin les uns des autres et je regrette souvent de ne pouvoir vous voir, vous parler et partager des moments simples. Mais c’est ainsi, et c’est déjà beaucoup que le hasard est fait que nous nous rencontrions.

Je sais que les vacances approchent pour Arthur, quand est-il de toi mon cher David ??? Et comment vas-tu ???

J’attends de vous lire à mon tour et vous embrasse

Philippe